Sauvegarde Retraites dans les médias

Pour l'année :
Jean-Paul Delevoye va-t-il entourlouper les travailleurs du privé ?

Jean-Paul Delevoye va-t-il entourlouper les travailleurs du privé ?

Quelle est la différence entre les trois notions de régime de retraite : "unique", "universel" et "commun" ? Sans doute, Jean-Paul Delevoye pourrait-il l'expliquer aux Francais, lui qui déclarait le 10 octobre 2018 au magazine Pleine Vie : " L'universalité, ce n'est pas un régime unique, mais un régime commun"... Le diable se cache dans les nuances, comme le montre une brochure que vient de publier l'association Sauvegarde Retraites sous le titre en forme d'avertissement : "Réforme Delevoye, gare à l'entourloupe !". Selon l'un de ses auteurs, Eric Bertrand, " le régime universel restera un voeu pieux (dans le meilleur des cas)  tant que la nature elle-même des régimes du privé et du public différera".
Au secours ! Les régimes spéciaux vont sauver leur peau !

Au secours ! Les régimes spéciaux vont sauver leur peau !

Officiellement, la réforme des retraites doit mettre fin aux privilèges hors de prix dont profitent cheminots, agents d'EDF ou salariés de la RATP..., régimes spéciaux de retraite qui secrètent tout un tas d'inégalités. Ceci devrait bientôt n'être plus qu'un mauvais souvenir avec la promesse d'Emmanuel Macron de rétablir l'équité par un régime universel. Fini les privilèges ! Mais dans les faits, plusieurs indices permettent d'en douter fortement. En effet, "régime universel ne veut pas dire système unique" est-il répété dans l'entourage de M. Delevoye. "C'est de la poudre aux yeux", confirme Pierre-Edouard du Cray, pilier de l'association Sauvegarde Retraites. " Je suis prêt à parier que la réforme va maintenir deux grands pôles, public et privé, en arguant, au besoin, de difficultés techniques pour les réunir. Et que rien ne changera avant longtemps pour les régimes spéciaux et les avantages des fonctionnaires..."
Fonctionnaires européens : 6 ans de cotisation, 5 000 euros de retraite par mois !

Fonctionnaires européens : 6 ans de cotisation, 5 000 euros de retraite par mois !

Les gilets jaunes vont la trouver saumâtre : les fonctionnaires européens ont une durée moyenne d'affiliation de 5 ans et 10 mois et un montant moyen des droits acquis à la retraite de 4913,77 €. Sauvegarde Retraites qualifie à juste titre le système de retraite par répartition d'escroquerie à la Ponzi. Elle s'est aussi penchée sur la retraite des hauts fonctionnaires de l'UE (1)"Les technocrates européens jouissent de véritables retraites de nababs (...). A l'origine réservées aux membres de la Commission européenne puis au fil des années, à d'autres : juges, magistrats, greffiers, contôleurs, médiateur etc... A l'heure où nos retraites sont gravement compromises, ils bénéficient, à nos frais, de retraites s'échelonnant de 12 500 € à 14 000 € par mois après seulement 15 ans de carrière, sans même cotiser..." (1) Etudes & Analyses n°27. Mai 2009 : Les retraites de nababs des hauts-fonctionnaires européens.
Les réussites de l'épargne retraite

Les réussites de l'épargne retraite

Avec 3 cotisants pour 2 retraités, une espérance de vie à la retraite qui a gagné 5 ans en un quart de siècle, une quasi-absence de capitalisation, un chômage de masse, des engagements qui dépassent 300% du PIB et une croissance atone, la soutenabilité de la répartition à la française est sérieusement compromise à terme. Pour maintenir le niveau de vie de leurs retraités, les pays les plus performants ont largement développé les plans d'épargne retraite volontaires. Ils permettent de moins dépendre de la répartition : à moins de la moitié de la pension contre 77% pour les retraités français. Ce long article de Thierry Benne (17 pages) puise ses sources également dans l'étude de Sauvegarde Retraite  - La vérité sur la retraite des sénateurs - publiée en 2017 et citée dans l'index. 
Retraites : sauver les régimes du privé

Retraites : sauver les régimes du privé

L'association Sauvegarde Retraites lance un cri d'alarme afin de sauver les retraites du régime privé. Depuis des années, forte de l'appui de ses 131 000 membres, elle ne cesse de dénoncer le scandale auprès des pouvoirs publics, des media et des responsables des fonds de retraite, afin d'obtenir la fin d'un système inique qui privilégie "honteusement" les retraités du service public au détriment de ceux du privé. 
Le ras-le-bol des retraités face au gouvernement

Le ras-le-bol des retraités face au gouvernement

L'annonce de la revalorisation de 0,3% des pensions suscite la colère de nombreuses associations interrogées par la rédaction, dont Sauvegarde Retraites. "C'est clairement de l'aumône. La cascade de taxes qui s'est abattue sur les retraités depuis des années a entraîné une paupérisation grandissante" insiste Marie-Laure Dufrêche, sa Déléguée générale. "Avec la suppression de la demi-part des veuves, la taxation et le plafonnement des majorations familiales, l'augmentation de la CSG, beaucoup sont obligés de faire appel au Secours populaire ou à Emmaüs". Par ailleurs, "les retards de paiement des pensions sont, pour certains, une véritable catastrophe"  s'indigne-t-elle. Les solutions ? "Tout remettre à plat et arrêter les mesurettes ; supprimer les régimes spéciaux et aligner le régime des fonctionnaires sur le régime général. Enfin, adjoindre une part de capitalisation au système par répartition qui ne peut qu'aller dans le mur. Il est certain que l'âge de la retraite reculera davantage".

Fermer