• accueil
  • actualits
  • l'argent des cotisations doit servir à financer les retraites. un point c'est tout !

L'argent des cotisations doit servir à financer les retraites. Un point c'est tout !

Alors que le financement des retraites n’est pas assuré, les dépenses "sociales" de la CNAV, de la MSA et du RSI, creuseront encore la dette.

Ce n’est même plus l’État-Providence, c’est la Sécu-nounou ! La CNAV (régime général), la MSA (Mutualité sociale agricole) et le RSI (Régime social des indépendants) ont mis au point une « offre commune inter-régimes pour la prévention et la préservation de l’économie », bien éloignée des retraites.

Il y est question d’information et de conseil sur des thématiques comme la nutrition, la mémoire, l’équilibre, le sommeil, le logement, à travers des conférences de sensibilisation et des ateliers en petits groupes d’« évaluation globale des besoins à domicile pour les retraités fragilisés », débouchant sur diverses prestations « utiles à votre bien-être » (aides à la vie quotidienne, aux loisirs, aux transports, assistance sécurité, aides pour les travaux d’adaptation du logement…) ; ou encore, de favoriser le développement de logements adaptés au vieillissement.

Au passage, on apprend qu’en 2012, la CNAV, la MSA et le RSI ont financé 550 000 aides au maintien à domicile, 280 000 évaluations globales des besoins, 200 000 actions collectives de prévention et accordé plus de 80 millions de prêts à taux zéro pour financer des « lieux de vie collective ».

Utiles ou pas, ces activités ne relèvent en aucun cas de la mission des caisses de retraites. Au surplus, ces dernières ne disposent pas du moindre centime pour les financer. Selon les prévisions de la Sécurité sociale, le déficit du régime général devrait atteindre en 2014 la coquette somme de 3,7 milliards d’euros, et il s’en faut de beaucoup que l’ensemble du système de retraite français soit financé : il devrait manquer au moins 13 milliards en 2020. Par ailleurs, la non-réforme concoctée par le gouvernement Ayrault en 2013 a augmenté le taux et la durée de cotisation des actifs.

Dans cette situation, les dépenses « sociales » prévues par la CNAV, la MSA et le RSI creuseront la dette et seront supportées in fine par les générations montantes, qui devront en outre financer les retraites de leurs parents et la dépendance de leurs grands-parents.

Si les caisses veulent vraiment faire du social, qu’elles commencent donc par équilibrer leurs budgets !


Fermer