• accueil
  • actualits
  • le président de la cnav au secours des régimes spéciaux !

Le président de la Cnav au secours des régimes spéciaux !

Un comble : Gérard Rivière (FO) refuse par avance toute réforme systémique remettant en cause les régimes spéciaux.  

Une éventuelle fusion des caisses du privé, des fonctionnaires et des régimes spéciaux ? « C’est tout ce que nous ne voulons pas ! » s’exclame avec rage le tout nouveau président de la Cnav Gérard Rivière, dans les colonnes du Figaro du 9 novembre.
A un an du grand débat sur la réforme systémique des retraites, le ton est donné : ce syndicaliste professionnel (FO) refusera que l’on touche au régime des fonctionnaires et aux régimes spéciaux. Un comble pour celui qui est supposé défendre les intérêts des affiliés de la caisse de retraite du privé.
C’est pourtant un homme en colère qui s’exprime : « Je n’ai pas été élu pour regarder passer les trains », s’emporte-t-il. Las ! L’objet de son ire n’est pas le rabotage continu des pensions du privé, le pillage de nos caisses ou encore l’absence d’équité public-privé… Non, il s’offusque de ne pas avoir été consulté avant la décision gouvernementale d’accélérer le calendrier de la réforme Woerth.
Au bal des hypocrites, Gérard Rivière est un bruyant expert en claquettes syndicales. Les affiliés de la Cnav ont-ils été consultés sur la nomination de ce monsieur à la tête de leur caisse ? Non, tout était joué d’avance, sans élections, au terme de petits arrangements entre amis. Et s’il n’a pas été élu « pour regarder passer les trains », il semble bien avoir été élu pour garder sur les rails les régimes spéciaux.
Voilà le résultat de la confiscation de la démocratie sociale. À l’origine, les caisses devaient être gérées par les affiliés eux-mêmes et non par des syndicalistes professionnels au service des fonctionnaires et agents publics, qui constituent le gros de leurs bataillons.
Rien d’étonnant donc à ce qu’ils continuent à défendre les intérêts de leur clientèle. Voilà qui illustre, une fois encore, l’urgence de changer la loi pour mettre, enfin, à la tête de la Cnav un président et un conseil d’administration au service des affiliés.

Fermer