• accueil
  • actualités
  • douche froide pour les sapeurs-pompiers : le gouvernement leur refuse la retraite à 50 ans !

Douche froide pour les sapeurs-pompiers : le gouvernement leur refuse la retraite à 50 ans !

Le gouvernement a fait machine arrière sur la retraite à 50 ans pour les sapeurs-pompiers. Mais, la reconnaissance du caractère dangereux de leur métier leur confère de nouveaux avantages pour la retraite.

Récemment, Sauvegarde Retraites s’était élevée contre l’abaissement de l’âge légal de la retraite des pompiers à 50 ans, estimant que son coût pour la caisse nationale de retraite des agents des collectivités locales – 100 M d'euros par an – était plus que déraisonnable en ces temps d’économie budgétaire. Il lui semblait également injuste de faire porter le poids de la compensation de la dangerosité du métier de pompier à l’ensemble des cotisants aux régimes de retraite. Le législateur a dû l'entendre puisqu’il vient de refuser aux sapeurs-pompiers (dont ceux de Paris et de Marseille qui sont des militaires) d’abaisser l’âge légal de leur retraite de 55 ans à 50 ans. Ce que leurs syndicats demandent à cor et à cri depuis des années. En revanche,le caractère dangereux de leur métier vient tout de même d’être reconnu par la prochaine loi sur la sécurité civile. Ce qui leur procure un avantage retraite non négligeable : le seuil de déclenchement de la bonification des points de retraite est abaissé de 30 à 25 ans de service. Par ailleurs, les anciens sapeurs-pompiers victimes d’accident ou de maladie professionnelle pourront bénéficier d’une bonification, sans condition de durée, dès lors qu’ils ont droit à une pension de retraite. De leur côté, les pompiers volontaires n’ont pas été oubliés. On leur a attribué une « prestation de fidélisation et de reconnaissance », exonérée d’impôt sur le revenu, de CSG et de RDS. Elle représentera une rente annuelle variant entre 450 euros (pour 20 ans de service) et 1 800 euros (pour 35 ans de service). Sauvegarde Retraites se réjouit donc que le gouvernement ait su faire machine arrière tout en faisant un geste de reconnaissance envers ceux qui pratiquent ce dangereux métier au service de tous.

Fermer