• accueil
  • actualits
  • prestations définies et cotisations définies : la grande inégalité

Prestations définies et cotisations définies : la grande inégalité

De tous les avantages des régimes spéciaux du public, ce n’est pas celui que l’on cite le plus souvent. Mais c’est pourtant le plus important.

Le 28 octobre dernier, Emmanuel Macron déclarait sur RTL : « La réforme des retraites est toujours quelque chose qui angoisse et c’est normal, parce que c’est un moment de la vie où on est, par définition, plus vulnérable (…) et que chacun veut être sûr qu’il va avoir la retraite qu’il a prévue ou à laquelle il a droit. »

Pourtant, les actifs du secteur privé ne sont pas aujourd’hui en mesure de prévoir à l’avance la retraite qu’ils percevront. Tout ce qu’ils peuvent pronostiquer, l’expérience aidant, c’est que les taux de remplacement (montant de la pension par rapport au dernier salaire) vont continuer à baisser comme ils le font depuis vingt ans.

Au contraire, les bénéficiaires des régimes spéciaux du public sont en mesure de prévoir leur future pension de retraite. Elle s’élèvera à 75 % au minimum (et jusqu’à 80 % au maximum) du traitement perçu pendant leurs six derniers mois d’activité pour une carrière complète, montant garanti par l’Etat. C’est ce que l’on appelle un régime de retraite à " prestations définies ", par opposition aux régimes à " cotisations définies " en vigueur dans le privé. Dans le premier cas, on est sûr de ce que l’on va percevoir, sous réserve de la faillite de l’Etat… dans le second, les cotisations versées ne donnent aucune garantie du montant des pensions.

Ce n’est certes pas le seul avantage des régimes spéciaux de retraite du secteur public, financés par l’ensemble des contribuables : âge légal de départ dès 52 ou 57 ans, calcul de la pension sur les six derniers mois de traitement, réversion sans condition d’âge ni de ressources… (Sans parler de la compensation systématique des prétendues " hausses de cotisations ", qui, dans le secteur public, n’ont donc aucune conséquence sur le salaire net, jamais diminué !). Mais le système des prestations définies, rarement mis en cause, est certainement le principal de tous ces avantages.


Fermer