• accueil
  • actualits
  • l'équilibre financier du système de retraite n'est pas pour demain

L'équilibre financier du système de retraite n'est pas pour demain

Emmanuel Macron et Jean-Paul Delevoye communiquaient jusqu’à présent sur l’équilibre du système financier de retraite. Le gouvernement lui-même démolit aujourd’hui ce bobard.

L’actuelle cacophonie gouvernementale autour de l’âge de départ à la retraite fait justice inopinément d’un bobard de belle taille, entretenu depuis deux ans par Emmanuel Macron et Jean-Paul Delevoye : celui d’un système de retraite « proche de l’équilibre grâce à toutes les réformes qui ont été faites par les gouvernements précédents », comme disait le haut-commissaire chargé de la réforme des retraites, le 11 octobre dernier, sur France Info. À la même époque, Jean-Paul Delevoye précisait d’ailleurs que la réforme ne visait pas à assurer l’équilibre financier, mais à réaliser l’équité entre tous les retraités…

Le Président de la République, quant à lui, affirmait en 2017 dans son programme de campagne : « Les travaux du Conseil d’Orientation des Retraites, qui font référence, le montrent : pour la première fois depuis des décennies, les perspectives financières permettent d'envisager l'avenir avec "une sérénité raisonnable" selon le Comité de Suivi des Retraites. L’enjeu aujourd'hui n’est donc pas de repousser l’âge ou d'augmenter la durée de cotisation. »

Hélas ! Comme Sauvegarde Retraites ne cesse de le souligner – et comme le savent très bien les dirigeants politiques, à commencer par l’ancien de l’Économie Emmanuel Macron –, les prévisions du COR sont établies sur des données qui leur sont suggérées par ces mêmes dirigeants politiques. Autant dire qu’elles sont très sujettes à caution…, et qu’elles finissent par être révisées, lorsque l’optimisme de commande ne suffit plus à dissimuler la réalité.

Sans surprise, donc, les dernières projections du COR, datées de juin 2018 (et encore en-dessous de la réalité) montrent que l’équilibre est loin d’être atteint. On ne voit d’ailleurs pas comment il pourrait en être autrement, alors que les engagements de l’État concernant les retraites des agents publics, ni cotisées, ni provisionnées, ne sont jamais pris en compte !


Fermer