• accueil
  • vos tmoignages
  • baisser notre consommation pour peser sur la croissance, hormis les dépenses de la vie courante

Baisser notre consommation pour peser sur la croissance, hormis les dépenses de la vie courante

Au cours d'une récente intervention télévisée, le président d'une confédération de retraités a évoqué la menace des votes des retraités à l'encontre des gouvernants actuels comme action contre les mesures prises par ceux-ci conduisant à une baisse du pouvoir d'achat des retraités.

Cette menace, si elle a un certain poids, est tout à fait insuffisante. Les élections sont trop éloignées dans le temps pour que les gouvernants s'en  préoccupent, Ils comptent sur l'oubli d'ici là...

Il convient donc de trouver des actions qui aient un effet plus percutant.

Je propose d’appeler - ou en tous cas menacer de le faire - les retraités à une action de réduction de leur consommation (par exemple à hauteur de la baisse de leur pouvoir d'achat). En effet, rien de tel que de toucher l'Etat au porte-monnaie ; compte tenu du nombre de retraités, un arrêt de consommation de 1 à 2 % de ceux-ci aurait un effet non négligeable sur la consommation et partant sur la croissance et l’économie du pays.

Il ne s'agirait, évidemment, pas de réduire la consommation relative aux besoins vitaux, ni pour les petites retraites, mais pour les retraités qui le peuvent de réduire ou de différer, au moins temporairement, tout, ou au moins la plupart, de leurs achats au-delà de leurs besoins de vie courante.

Il ne faut attendre aucun effet  sur les décisions gouvernementales, des manifestations de retraités. Il est temps de passer à des actions qui soient véritablement efficaces si on veut préserver leur pouvoir d'achat...

Par ailleurs, il serait bon que les associations, comme la vôtre, rappellent aux membres du gouvernement et autres hommes politiques, chaque fois que possible, que les prestations de retraites ne sont pas des aides sociales comme ils ont une fâcheuse tendance à le penser, mais des droits acquis* par les travailleurs grâce au paiement de leurs cotisations. Lesquelles ont amputé leurs salaires et pesé sur les charges des entreprises tout au long de leurs carrières.

Ces gens n'ont aucun scrupule à baisser les prestations sociales ; ils devraient prendre un peu plus de précaution avec les droits acquis par les retraités du fait de leurs cotisations. Il appartient à vos associations de les remettre à leur place.

Je précise que je suis retraité depuis 7 ans et que ne suis adhérent à aucune association de retraités, à aucune organisation syndicale, politique ou confessionnelle. Mon intervention n’a pour but que d’essayer de lutter contre les mesures prises actuellement à l’encontre du pouvoir d’achat des retraités.

*NDLR : sur le plan juridique, les cotisations versées par les actifs pour la retraite ne constituent pas des droits acquis.

Fermer