Des citoyens qui agissent pour un système
de retraite équitable, libre et responsable
retraite
Rejoignez-nous

C'est vous qui nous donnez
les moyens d'agir
vous êtes ici : accueil > revue de presse

Sauvegarde Retraites dans les médias

[2017] [2016] [2015] [2014] [2013] [2012] [2011] [2010] [2009] [2008] [2007] [2006] [2005] [2004] [2003] [2002]


En termes de droits à la retraite, l'écart public-privé est déjà significatif, selon l'association Sauvegarde Retraites, mais il est encore plus élevé quant au sort réservé aux veufs et veuves du privé, ainsi que le montre sa dernière étude (Pension de réversion : les inégalités public-privé persistent)  publiée en juillet. Elle a ainsi calculé que "la réversion des fonctionnaires et celle des salariés du privé peuvent varier du simple au double". 





La retraite moyenne en France est de 1 376 euros par mois. Il y a longtemps que les systèmes de retraite des députés, sénateurs, membres du CESE, sont montrées du doigt, notamment par l'association Sauvegarde Retraites. Critiques fondées pour ces régimes qui ne donnent pas l'exemple. Le gouvernement songe à les réformer en les alignant sur les régimes du privé. Mais pourquoi ne pourrait-on inverser le processus et leur demander de prendre la tête d'une réforme qu'ils s'appliqueraient à eux avant de l'appliquer à tous ? 





"Ne tirons pas de conclusions hâtives du rapport du COR (Conseil d'orientation des retraites). Personnellement, je doute de l'intérêt de cette réforme qui vise à faire converger les dizaines de régimes existants" affirme l'économiste Henri Sterdinyak. De son côté, le professeur Jacques Bichot* souligne que "passer à un régime unique permettrait de diviser par deux les frais de gestion de ces systèmes, qui s' élèvent aujourd'hui à 6 milliards d'euros par an. Le rapport du Cor appporte de l'eau au moulin de la réforme Macron en plaidant, en creux, pour une simplification du système". *Auteur de La Retraite en Liberté. Ed. Cherche Midi.




Les salariés du privé ont supporté la quasi totalité des efforts consentis. Résultat : des cotisations de plus en plus lourdes pour des pensions... de plus en plus chiches. Sauvegarde Retraites indique qu'en vingt ans, le taux de rendement des retraites complémtaires a été divisé par trois ! Les dernières décisions prises fin 2015 sont l'ultime coup dur porté aux futurs retraités : baisse du rendement, gel partiel des pensions et, à compter de 2019, un système de "bonus-malus" qui invitera à retarder son départ en retraite d'un an...  Sinon, la retraite complémentaire baissera de 10 % pendant trois ans !




Vous avez dit "Egalité"..., mais enlevez ce mot qui déshonore notre République ! "Alors que les régimes spéciaux font à nouveau débat, une étude de Sauvegarde Retraites (janvier 2017) dévoile les privilèges dont jouissent les sénateurs avec leur régime. D'abord son exceptionnel rendement : près de 3,50 € de prestation pour 1  € cotisé (si départ à la retraite à 70 ans) contre 1 € à 1,50 € pour les autres régimes. Le montant : 4 467 €/mois pour une durée de mandat de 12 ans et 9 mois. Enfin, une réversion très avantageuse : 2/ de la pension sans aucune conditions", indique la revue Intérêts privés.




74,28 % du salaire brut, contre environ 15 % pour la somme des cotisations employeur qui financent les retraites, de base et complémentaires, des salariés du secteur privé. L'énormité de la cotisation patronale de l'Etat provient pour une petite part de ce que les fonctionnaires paient moins de cotisations salariales, et pour la plus grosse part de ce qu'ils perçoivent de meilleures pensions. L'article L111-2-1 du Code de la Sécurité sociale stipule pourtant "un traitement équitable" entre les retraités, "quel que soit leur parcours"... Economiste et disciple d'Alfred Sauvy, le professeur Jacques Bichot collabore avec l'association indépendante Sauvegarde Retraites qui milite pour une réforme en profondeur du système de retraite actuel. La Retraite en Liberté. Ed.  Cherche Midi