• accueil
  • actualits
  • les réserves du privé, les vertus d'une capitalisation discrète

Les réserves du privé, les vertus d'une capitalisation discrète

Les réserves accumulées par les régimes de retraite complémentaire du secteur privé illustrent les vertus de la capitalisation.

Le rapport d’information du Sénat sur « les Réserves des Régimes de Retraites », publié au mois de juillet, réintroduit indirectement la question de la capitalisation.

Il existe, en effet, plusieurs types de capitalisation collective ou individuelle. Or, ces réserves, essentiellement détenues par les régimes complémentaires du secteur privé et sur lesquelles l’Etat voudrait bien faire main basse, procèdent d’une logique de capitalisation collective, puisque, grâce à elles, les caisses constituent des portefeuilles d’actifs avec une partie des fonds prélevés par le biais des cotisations.

Cette capitalisation – même si l’on se garde de la nommer ainsi – n’obéit pas à la logique « du chacun pour soi et du tant pis pour les autres », dénoncée le 11 décembre 2019 par M. Edouard Philippe, alors premier ministre, et ne consiste pas non plus à « confier le soin de nos anciens à l’argent-roi ». Au contraire, le rendement des actifs capitalisés contribuera à payer les pensions, mais « l’accumulation de réserves s’apparente à la mise en œuvre d’un transfert entre les générations faisant peser sur les générations actuelles d’actifs le poids de l’effort de dégagement d’excédents (…) pour garantir aux générations futures un bénéfice », écrivent les sénateurs. On est loin de la logique du « chacun pour soi et tant pis pour les autres », qui caractérise en réalité les régimes spéciaux dont les avantages creusent chaque année les déficits publics, qui ne manqueront pas de peser sur les jeunes générations.

La plupart de nos voisins européens ont d’ailleurs adopté un système mixte, alliant répartition (souvent pour les régimes de base) et capitalisation (souvent pour les régimes complémentaires), sans que quiconque songe à dénoncer un quelconque asservissement à « l’argent-roi ».

En outre, ces réserves capitalisées, qui restent forcément modestes en regard des sommes colossales investies dans les retraites, permettent aux caisses de retraite, non seulement d’améliorer leur propre situation financière, mais aussi de contribuer au financement de l’économie. Ainsi, celles de l’Agirc-Arrco (61 milliards d’euros, ce qui représente de quoi payer les pensions pendant neuf mois) « sont presque exclusivement investies dans des actifs financiers français et européens », écrivent les sénateurs. Elles apportent « un précieux soutien à moyen et long terme aux entreprises françaises et européennes », avec des conséquences bénéfiques sur l’emploi, donc sur les retraites puisque « les créations d’emplois viennent accroître la masse salariale globale et, partant, le produit des cotisations d’assurance vieillesse perçues par les régimes au titre des revenus d’activité. »

On imagine sans peine le coup de fouet que permettrait de donner à l’économie nationale et à l’emploi un système dans lequel les régimes complémentaires fonctionneraient complètement en capitalisation, si la constitution d’actifs ciblait essentiellement les entreprises françaises…


Fermer