• accueil
  • actualits
  • le coût des retraites des fonctionnaires a presque quadruplé en 25 ans !

Le coût des retraites des fonctionnaires a presque quadruplé en 25 ans !

C'est ce que démontre un rapport sur les pensions publiques annexé au projet de loi de finances 2016. L’écart entre le privé et le public n’en finit plus de croître.

Selon le jaune budgétaire consacré aux pensions de l’Etat, publié en annexe du projet de loi de finances 2016, le poids des pensions de la fonction publique dans le budget de l’Etat est passé de 8 % en 1990 - soit 19,1 milliards d’euros - à 13,1 % en 2014 - soit 72,3 milliards d’euros -.


Toujours selon ce document, « les dépenses de pension des fonctionnaires civils et militaires de l’Etat augmentent en moyenne de 4,4 % par an depuis 1990 ». Cette augmentation est soutenue principalement par le rythme de progression de la pension moyenne (+ 2,5 % par an depuis 2000) et par celui des effectifs de pensionnés (+ 1,7 % par an depuis 2000). Les dépenses de pension des fonctionnaires territoriaux et hospitaliers, quant à elles, s’accroissent en moyenne de + 6,7 % par an et l’effectif des pensionnés de + 4,4 % par an.

L’enveloppe des pensions augmente donc plus vite que le nombre des pensionnés.

Il existe à cela une explication : l’Etat a augmenté l’indice de liquidation, passé de 498 en 1992 à 628 en 2014, pour compenser les effets des réformes et notamment l’augmentation de la durée du travail, ce qui a gonflé les retraites du public.

Rappelons que, pendant ce temps :

- les pensions des salariés du secteur privé sont gelées depuis le mois d’avril 2013. Elles seront revalorisées le 1er novembre de 0,1 % – une sinistre plaisanterie !

- Ces mêmes pensions sont rabotées depuis des années. Dans une étude réactualisée (1) que Sauvegarde Retraites vient de publier, l’actuaire Jacques Algarron montre qu’à la CNAV comme à l’Agirc-Arrco, les taux de remplacement n’ont pas cessé de baisser depuis 1993. Cette baisse est particulièrement sensible pour les cadres (à l’exception de ceux qui percevaient de très hauts salaires en fin de carrière).

- Les salariés du privé liquident leur retraite eux aussi plus tard – et même beaucoup plus tard que de nombreux affiliés des régimes spéciaux du secteur public. Les fonctionnaires partent en moyenne 18 mois plus tôt et cet écart va s’accroître avec le recul d’un an de l’âge de départ annoncé à l’Agirc-Arrco.
Et ce sont pourtant ces mêmes salariés du privé qui financent, par leurs impôts, les augmentations des retraites du public !

(1) La retraite des salariés. Analyse de son évolution entre générations. départs en 1993, 2008, 2013 et 2015.


Fermer