• accueil
  • actualits
  • retraites : pourquoi allonger la durée de cotisations ne marche pas ?

Retraites : pourquoi allonger la durée de cotisations ne marche pas ?

Gérard Maudrux, ancien président de la CARMF, analyse l'échec récurrent de ce levier qui a permis de remettre sans cesse à plus tard les réformes nécessaires.

L'ancien président de la Caisse autonome de retraite des médecins (CARMF) a publié le 27 décembre, sur le blog du Quotidien du Médecin, une analyse très intéressante sur une recette abusivement utilisée pour tenter de financer les régimes de retraite français : l’allongement de la durée de cotisation. Cette recette n’a jamais fait ses preuves mais elle permet de remettre à plus tard les réformes nécessaires. Sauvegarde Retraites a choisi de proposer cet article à l’attention de ses membres, avec l’autorisation du Dr. Maudrux et du Quotidien du Médecin, ce dont nous les remercions.

Un peu de technique pour comprendre les bobards ne fait pas de mal, vous verrez que ce n’est pas si compliqué (sauf pour les « décideurs » ?)

Vous savez que les retraites dépendent principalement de trois facteurs :

  • le montant des cotisations (facteur sur lequel on a agi pendant quelques décennies jusqu’au maximum supportable) ;
  • le montant des retraites (que l’on souhaite ne pas baisser) ;
  • et le rapport démographique. Plus on est nombreux à payer, moins il y a de retraités, et plus c’est facile. C’est ce facteur que l’on essaye de corriger maintenant, car il décroit de manière constante : de l’ordre de 15 cotisants pour 1 retraité après-guerre, on tend vers 1 cotisant pour un 1 retraité. Le résultat n’est pas sorcier : en répartition, si un retraité veut 50% de son revenu, le cotisant devra verser 50% de son revenu.
  • En faisant cotiser plus longtemps, vous augmentez le nombre de cotisants et vous diminuez le nombre de retraités. Ainsi schématiquement si on cotise 42 ans au lieu de 40, cela fait 5% de cotisants ou de cotisations en plus, et dans le même temps on passe de 20 ans de retraite à 18, soit 10% de retraités ou de prestations en moins. 5 + 10 = 15% de gagnés, sans avoir à augmenter la cotisation ou à baisser les retraites.

    Les dernières réformes portent quasiment uniquement sur ce levier, mais vous avez vu qu’il faut recommencer sans cesse à « sauver les retraites », et qu’au fil du temps nous en sommes quasiment toujours avec les mêmes perspectives. Pourquoi ?

    Cette mesure est étalée dans le temps pour éviter qu’entre une naissance le 31 décembre et le 1 janvier on en prenne pour 2 ans d’un coup, on étale dans le temps, soit 1 trimestre par an. Normal. Alors pourquoi cela ne marche pas ? A cause des médecins. En effet, tous les ans, la durée de vie s’allonge de près de 3 mois, et une fois la réforme totalement appliquée, la durée de vie en retraite que l’on souhaitait faire passer de 20 à 18 ans, reste à 20 ans, annulant le gain escompté de 10% sur les retraites !

    Constatant que les Français passent en moyenne 5 années de plus à la retraite que les autres pays de l’OCDE, l’institut Montaigne vient de proposer de passer la retraite de 62 à 63 ans d’ici 2025. Si vous avez bien compris mes explications, vous voyez donc qu’on en sera toujours au même point dans 8 ans, même pire. Alors, allonger la durée de cotisations une bonne recette ? Non, un petit moyen de prolonger, mais pas une réforme.

    Le COR dans son premier rapport de 2000 avait calculé de combien il fallait allonger la durée pour équilibrer les régimes : 9 ans, et je ne suis pas sûr qu’ils avaient bien estimé l’allongement de la vie qui continue à un rythme qui ne faiblit pas. Vous comprendrez aussi mieux la catastrophe de 1981 pour nos régimes, 5 ans de cotisations en moins, 5 ans de retraite en plus. Non, ce n’était pas une avancée sociale mais une erreur monumentale, une escroquerie politique qui aura profité à une génération, mais que les suivantes payent en montant de cotisations, en durée de cotisations et de retraites, mais aussi en baisse des retraites.

    En effet, à force d’allonger la durée, on vous laisse quand même partir plus tôt, mais avec décote. Ainsi, au même âge, avec la même durée de cotisation, votre retraite baisse. C’est en pratique une baisse des retraites sans le dire.

    Autre facteur totalement négligé : 1 million de plus de 65 ans qui occupent un emploi, c’est 1 million de moins de 65 ans qui n’en trouvent pas. L’allocation chômage et toutes les autres aides sociales qui s’additionnent chez les inactifs, devraient s’ajouter au vrai coût de l’allongement de la durée de cotisations. Dans ces conditions le petit gain, est-il réellement un gain ? Il y a aussi ceux que l’on pousse à travailler encore plus pour arrondir les fins de mois avec des pensions insuffisantes, et que l’on fait cotiser sans droits. Il n’y a pas de petit profit.

    Enfin sur le plan humain, l’allongement de durée de cotisations est une honte : beaucoup de gens sont moins bien gâtés par la nature que d’autres avec une espérance de vie en retraite moindre : cancers, vasculaires, diabètes, obèses, … c’est alors supprimer leur retraite au profit des bien-portants. En 1945, lors de la généralisation de la répartition au détriment de l’épargne, l’espérance de vie était de 65 ans. Cela veut dire que statistiquement la moitié mourait avant l’âge de la retraite, seule l’autre moitié pouvait en profiter. Veut-on en arriver là pour équilibrer les régimes ?


    Fermer