Des citoyens qui agissent pour un système
de retraite équitable, libre et responsable
retraite
Rejoignez-nous

C'est vous qui nous donnez
les moyens d'agir
vous êtes ici : accueil > revue de presse

Sauvegarde Retraites dans les médias

[2017] [2016] [2015] [2014] [2013] [2012] [2011] [2010] [2009] [2008] [2007] [2006] [2005] [2004] [2003] [2002]


L'étude de la revue mensuelle de l'IFRAP met à jour des chiffres peu connus sur la retraite. Elle constate que le système actuel est en quasi faillite, qu'il génère des coûts de gestion parmi les plus élevés en Europe, qu'il est beaucoup trop complexe et qu'il est profondément inéquitable. Entre autres, elle montre que le débat sur la prise en compte des primes des fonctionnaires dans le calcul de leur pension est un faux débat. Ce qu'une étude de l'association Sauvegarde Retraites, publiée en septembre 2010, avait démontré - "Retraite des fonctionnaires : en finir avec les idées reçues' -.





Tandis que le ministre du travail François Rebsamen a semé le trouble sur l'allongement de la durée de cotisation pour la retraite, Marie-Laure Dufrêche, déléguée générale de Sauvegarde Retraites, refuse l'idée de reculer l'âge légal de 62 à 64 ans et propose plutôt un complément de retraite par capitalisation. "Les pays qui ont réformé leur système de retraite (Allemagne, Suède...) l'ont mise en place. Nous sommes le seul pays d'Europe à ne pas y faire appel, sauf pour les fonctionnaires ! Depuis 2005, la retraite additionnelle leur permet de cotiser à hauteur de 5 %, l'Etat abondant de 5 %. Pourquoi ne pas étendre ce système à tous les autres ?"








Invitée au "Libre journal de la résistance française", Marie-Laure Dufrêche, Déléguée générale de Sauvegarde Retraites, répond aux questions de Gérard Marin et fait le point de la situation des retraites, à l'heure où les réserves des régimes s'épuisent. "En 20 ans, on en est à la 5ème réforme, ne jouant que sur trois paramètres - le montant et la durée de la cotisation, l'âge de départ -, taxant toujours plus les retraités et gelant les pensions. Il faut une remise à plat complète du système et commencer par supprimer les régimes spéciaux des parlementaires, de la fonction publique et des entreprises publiques. Cessons d'opposer répartition et capitalisation. La répartition a atteint ses limites : il faut lui adjoindre la capitalisation, comme en Suède, en Allemagne et dans d'autres pays" a-t-elle souligné.






L'ancien premier ministre Jean-Marc Ayrault promettait une réforme des retraites "juste". Elle a été décevante et a finalement consisté à augmenter les prélèvements. Un peu court... En août, Jean-Marc Ayrault a enfoncé le clou en ne parlant que de pénibilité et en allant jusqu'à la rencontre d'ouvriers sur un chantier de nuit à Vélizy. "Une posture" dit Pierre-Edouard du Cray, directeur des études à Sauvegarde Retraites. L'opération justice est un épais écran de fumée pour une réforme ratée".





Le site reprend intégralement l'article de Patrick Bonazza, du site du journal Le Point, dénonçant la réforme des retraites de Jean-Marc Ayrault, notamment dans son volet "pénibilité". Elle se traduira par des charges supplémentaires... C'est déjà sous le prétexte de pénibilité que les fonctionnaires dits en service actif (contrôleurs aériens, douaniers, policiers, pompiers...) partent bien plus tôt à la retraite (de 52 à 57 ans) que les autres. Jean-Marc Ayrault est même allé en août à la rencontre d'ouvriers sur un chantier de nuit à Vélizy. "Une posture"' pour Pierre-Edouard du Cray, directeur des études à Sauvegarde Retraites. "L'opération justice est un épais écran de fumée pour une réforme ratée".





L'ancien premier ministre Jean-Marc Ayrault promettait une réforme des retraites juste. Elle a finalement été décevante. Depuis qu'il a lancé l'opération retraites, il enfonce le clou et ne parle que "justice" et pénibilité. En plein mois d'août, dûment casqué et botté, il est même allé à la rencontre d'ouvriers sur un chantier de nuit à Vélizy. "Une posture" dit Pierre-Edouard du Cray, directeur des études à Sauvegarde Retraites. "L'opération justice est un épais écran de fumée pour une réforme ratée". S'attaquer à la pénibilité, c'est aussi oublier qu'un dispositif avait été prévu dans la réforme Woerth de 2010.