Des citoyens qui agissent pour un système
de retraite équitable, libre et responsable
retraite
Rejoignez-nous

C'est vous qui nous donnez
les moyens d'agir
vous êtes ici : accueil > revue de presse

Sauvegarde Retraites dans les médias

[2017] [2016] [2015] [2014] [2013] [2012] [2011] [2010] [2009] [2008] [2007] [2006] [2005] [2004] [2003] [2002]


La suppression des incroyables privilèges dont dispose une poignée d'agents publics pourrait nous faire gagner des milliards. Se laissera-t-on encore terroriser longtemps ? Douze ans de travail en moins selon que l'on conduit un bus en Ile-de-France ou en province ! Quand on évoque les régimes spéciaux de retraite, la bonne logique, le principe d'égalité et les impératifs budgétaires ne pèsent pas grand-chose. Le COR estime qu'en moyenne, le taux de remplacement des fonctionnaires équivaut à celui des autres travailleurs. "Je n'y crois pas une seconde" s'agace Pierre-Edouard du Cray, pilier de l'association Sauvegarde Retraites et l'un des plus fins connaisseurs du dossier. "On peut faire dire ce qu'on veut aux statistiques". Le journal Capital calcule qu'une vingtaine de milliards d'euros est un chiffre raisonnable pour évaluer le coût des régimes spéciaux pour la nation.




Les caisses de retraite calculent rapidement les pensions et... font des erreurs. Selon une étude de l'association Sauvegarde Retraites, qui relate plusieurs anecdotes, les demandes de trop-perçu de la part des caisses sont fréquentes. Qu'il s'agisse de la retraite de base, de réversion ou complémentaire ! Dans ce cas, si les prescriptions légales ( 2 ans pour la retraite de base de la CNAV) ne sont pas respectées, la contestation est possible auprès de la Commission de recours amiable (pour la CNAV) ou des médiateurs des caisses.




Moins de personnel, moins d'avantages mais une dotation inchangée pour les anciens présidents de la république (65 000 €), tel est le pas vers la "normalisation" initié par un décret du 5 octobre dernier, à six mois de l'élection présidentielle. De leur côté, selon l'association Sauvegarde Retraites, les députés continueront de toucher une retraite d'environ 1 200 € pour un mandat, 2 400 € pour deux  avec un maximum de 5 000  €. Les sénateurs perçoivent, eux, une retraite de 1 930 € par mois pour un mandat (6 ans), 3 860 € pour deux mandats, avec un maximum de 6 440 €.




Marie-Laure Dufrêche, Déléguée générale de Sauvegarde Retraites, est interviewée par Matthieu Camozzi. L'association se bat pour plus de clarté dans les pensions et pour une véritable réforme du système. Celui-ci doit faire face à trois défis : les régimes spéciaux, la mainmise de l'Etat et la démographie. "Il n'existe qu'une alternative : sacrifier les retraites au système ou réformer celui-ci" souligne Marie-Laure Dufrêche. Mais les freins au changement sont puissants. Ils proviennent de ceux qui bénéficient du système : fonctionnaires et assimilés pour les régimes spéciaux, syndicats, Etat.





Dans l'émission Carrément Brunet, consacrée au problème de l'équité entre le secteur public et le secteur privé en matière de retraite, le présentateur Pascal Perri précise qu'un internaute a écrit que l'association Sauvegarde Retraites souhaitait, comme lui, que l'on avance sur cette question. "Oui à plus d'équité entre le public et le privé pour les retraites et pour les jours de carence, en matière de congé maladie". Les auditeurs réagissent à l'avis de Pascal Perri.




La page de publicité parue dans différents journaux à l'initiative de l'association Sauvegarde Retraites montre de manière criante l'iniquité de notre système de retraite, selon que les hasards de la vie vous ont fait intégrer une administration, une entreprise publique ou une entreprise privée. Ces quelques énormités en termes d'équité commencent par l'âge de la retraite, avec un désavantage de 5 à 7 ans au détriment des salariés du privé. Elles se poursuivent par le montant de la retraite, les possibilités d'obtention d'une pension de réversion et se terminent sur le financement desdites retraites. Sauvegarde Retraites milite pour l'inscription dans les textes sur les retraites du principe "A contribution égale, pension égale".