Des citoyens qui agissent pour un système
de retraite équitable, libre et responsable
retraite
Rejoignez-nous

C'est vous qui nous donnez
les moyens d'agir
vous êtes ici : accueil > revue de presse

Sauvegarde Retraites dans les médias

[2017] [2016] [2015] [2014] [2013] [2012] [2011] [2010] [2009] [2008] [2007] [2006] [2005] [2004] [2003] [2002]


Depuis la réforme Fillon de 2003, mal acceptée par l'opinion, on n'entend plus parler des retraites. Ce serait une immense erreur d'en déduire que la réforme a tout réglé. Jacques Marseille, économiste et historien et Pierre-Edouard du Cray, Directeur des Etudes à Sauvegarde Retraites, révèlent les incroyables inégalités de notre système. Un dossier détonnant de plus de dix pages qui montre le chemin qu'il reste à parcourir pour que les futures retraites soient assurées. Détonnant!


Mots clés associés : in?galit? public priv?



Depuis 2 mois, l'association Sauvegarde Retraites diffuse ainsi dans la presse un tableau expliquant la curieuse inégalité qui découle de la réforme Fillon de 2003 : après 42 ans de travail, à 61 ans et 9  mois en moyennne, un salarié du privé partira avec une pension moyenne de 1465 € tandis qu'un agent SNCF, à l'âge moyen de 55 ans et 5 mois, après 37.5 ans de travail, partira avec une pension de 2 119 €...


Mots clés associés : in?galit? public priv?



En juin 2006, la publication de notre tableau comparant les retraites du public et celles du privé a donné lieu à un cocasse échange de courrier pendant un mois entre la rédaction du journal et son lectorat, outré des faits qu'il découvrait. Finalement, le 13 juillet, Thierry Philippon reconnaissait sur une page que le régime de retraite du public " est plus favorable que celui du privé !". Sans commentaires.





"L'association Sauvegarde Retraites s'en prend aux majorations de pensions (de 35% à 75%) versées aux fonctionnaires qui prennent leur retraite à la Réunion, en Polynésie, en Nouvelle Calédonie, à Mayotte, Wallis- et -Futuna et Saint Pierre et Miquelon. En 2003, ces "indemnités de vies chères", crtiquées par la Cour des Comptes, ont été attribuées à plus de 26 000 personnes pour un coût de 203 millions d'euros. Lors d'un débat parlementaire , en 2003, la sénatrice de la Réunion, Anne-marie Payet, a révélé l'existence de "nombreux retraités métropolitains domiciliés par intermittence dans l'île pour percevoir ce bonus."


Mots clés associés : Outremer



"L'association Sauvegarde Retraites, auteur d'une étude sur le sujet, a calculé que les cotisations n'ont représenté, en 2004, que 8.4% des prestations versées aux retraités, contre 67.3% à la charge de l'employeur, le reste du financement étant assuré par les revenus du placement des cotisations. Enfin, cerise sur le gâteau, l'association révèle également que la banque grapille chaque année quelques millions d'euros -4 en 2003- au titre de la compensation entre les différents régimes de retraite (salariés, indépendants, fonctionnaires, régimes spéciaux). Un système censé avantager les régimes "défavorisés" en termes de masse salariale -la base de calcul n'inclut pas les primes - et surtout d'équilibre démographique. Sauvegarde Retraites dénonce une arnaque et souligne que la Banque de France ne devrait pas bénéficier d'un tel mécanisme puisqu'elle fonctionne avec un régime par capitalisation."





Majorations de la retraite, bonifications, primes... Les fonctionnaires qui prennent leur retraite aux Antilles, à la Réunion ou en Nouvelle-Calédonie peuvent bronzer tranquilles...
Bonifications d'annuités, majorations de pensions, indemnités temporaires, indices bonifiés...Recensée par l'association Sauvegarde Retraites et publiée par Le Point en exclusivité, la liste de ces privilèges a de quoi donner le tournis.
Selon Sauvegarde Retraites, un professeur du second degré, ayant élevé trois enfants, touchait ainsi 2 822 euros de retraite en janvier 2004 en métropole et...4 938 euros par mois, s'il choisissait de passer ses vieux jours en Nouvelle-Calédonie.


Mots clés associés : Outremer