Des citoyens qui agissent pour un système
de retraite équitable, libre et responsable
retraite
Rejoignez-nous

C'est vous qui nous donnez
les moyens d'agir
vous êtes ici : accueil > revue de presse

Sauvegarde Retraites dans les médias

[2017] [2016] [2015] [2014] [2013] [2012] [2011] [2010] [2009] [2008] [2007] [2006] [2005] [2004] [2003] [2002]


Marie-Laure Dufrêche, Déléguée générale de Sauvegarde Retraites, est interviewée par Matthieu Camozzi. L'association se bat pour plus de clarté dans les pensions et pour une véritable réforme du système. Celui-ci doit faire face à trois défis : les régimes spéciaux, la mainmise de l'Etat et la démographie. "Il n'existe qu'une alternative : sacrifier les retraites au système ou réformer celui-ci" souligne Marie-Laure Dufrêche. Mais les freins au changement sont puissants. Ils proviennent de ceux qui bénéficient du système : fonctionnaires et assimilés pour les régimes spéciaux, syndicats, Etat.





Dans l'émission Carrément Brunet, consacrée au problème de l'équité entre le secteur public et le secteur privé en matière de retraite, le présentateur Pascal Perri précise qu'un internaute a écrit que l'association Sauvegarde Retraites souhaitait, comme lui, que l'on avance sur cette question. "Oui à plus d'équité entre le public et le privé pour les retraites et pour les jours de carence, en matière de congé maladie". Les auditeurs réagissent à l'avis de Pascal Perri.




La page de publicité parue dans différents journaux à l'initiative de l'association Sauvegarde Retraites montre de manière criante l'iniquité de notre système de retraite, selon que les hasards de la vie vous ont fait intégrer une administration, une entreprise publique ou une entreprise privée. Ces quelques énormités en termes d'équité commencent par l'âge de la retraite, avec un désavantage de 5 à 7 ans au détriment des salariés du privé. Elles se poursuivent par le montant de la retraite, les possibilités d'obtention d'une pension de réversion et se terminent sur le financement desdites retraites. Sauvegarde Retraites milite pour l'inscription dans les textes sur les retraites du principe "A contribution égale, pension égale". 




Pour la retraite, les Français - et en particulier les fonctionnaires - bénéficient d'un régime plus favorable que leurs voisins. Mais cela ne va pas durer. Avec des dépenses annuelles (300 MM d'€) qui représentent 14 % du PIB et un déficit abyssal, le système français n'est plus gérable. "Confrontés aux mêmes défis démographiques et financiers que nous, beaucoup de nos voisins n'ont pas hésité à chambouler l'organisation de leurs pensions" constate Pierre-Edouard du Cray, directeur des études de l'association Sauvegarde Retraites. Par la suppression progressive des régimes spéciaux des fonctionnaires ou des cheminots, un système universel par points, le renforcement de la capitalisation...




Une étude du Cabinet Deloitte révèle que de nombreux retraités doivent reprendre une activité pour pouvoir vivre décemment. Certains retravaillent par nécessité, d'autres, par choix personnel. Marie-Laure Dufrêche, Déléguée générale de Sauvegarde Retraites, est l'invitée de Daniela Lumbroso dans l'émission France Bleu Midi Ensemble. Elle réagit aux témoignages de retraités qui, parfois à un âge avancé, reprennent une formation pour pouvoir retrouver du travail et de futurs retraités qui, eux, expliquent qu'ils anticipent une baisse drastique de leur pension future - jusqu'à un tiers - et épargnent en conséquence.





Pierre Gattaz vient de demander à François Hollande, dans le journal Le Monde, de modifier le statut des régimes spéciaux. 
Pour ou contre, demande RMC ?
"Totalement pour", répond Marie-Laure Dufrêche, Déléguée générale de l'association Sauvegarde retraites. "Bien sûr qu'il faut supprimer les régimes spéciaux ! D'abord, ils coûtent cher : ils reçoivent 7 milliards d'euros par an de subventions publiques, auxquelles s'ajoutent près de 700 millions d'euros des autres régimes au titre de la compensation démographique, ainsi que d'autres taxes affectées. Ainsi en est-il de la fameuse CTA (contribution tarifaire d'acheminement), qui est payée par tous les usagers des fournisseurs d'énergie, pour financer les avantages propres des électriciens et des gaziers. Par ailleurs, ces régimes spéciaux bénéficient d'avantages d'un autre temps."