Des citoyens qui agissent pour un système
de retraite équitable, libre et responsable
retraite
Rejoignez-nous

C'est vous qui nous donnez
les moyens d'agir
vous êtes ici : accueil > campagnes de presse

Campagnes de presse

retraite : témoignez Pour contactez notre service presse : cliquez ici


Les députés nous disent qu'ils ont réformé leur propre régime de retraites, mais ils refusent d'intégrer le régime général des salariés du privé. Ils conservent encore un régime spécial privilégié avec une retraite garantie à 100% par l'Etat. Nos élus doivent nous montrer l'exemple. Exigeons l'équité !




Ils défendent la retraite à 60 ans, mais ils partent à 50 ou 55 ans... Ils disent que 62 ans, c'est trop... mais ils ne partiront qu'à 52 ou 57 ans en... 2023 ! Ils prétendent parler pour tous les Français... Mais ils bénéficient de régimes spéciaux ultra avantageux.




Pour "sécuriser" le système de retraite beaucoup plus avantageux des fonctionnaires contractuels (ircantec), l'Etat va siphonner les caisses de retraite complémentaire des salariés du privé (Agirc-Arrco). C'est de la solidarité... inversée !




Les retraites du public, malgré la réforme Fillon, restent extrêmement privilégiées par rapport à celles des autres Français. Il n’est plus tenable d’avoir, d’un côté, des Français du privé avec une retraite qui baisse de plus en plus ; et de l’autre, des agents de la fonction publique, dont la retraite est garantie à 75 % de leur dernier salaire, grâce aux impôts et cotisations payés par les premiers.<




A l'occasion du changement de statut de La Poste, l'Etat s'apprête à "sécuriser" le régime de retraite complémentaire de ses agents contractuels et des élus locaux, l'Ircantec. Comment ? En siphonnant les caisses de retraite complémentaire du privé, Agirc-Arrco. Or, l'Ircantec sert des retraites beaucoup plus généreuses et demande des cotisations bien moindres à ses affiliés. De plus, l'Agirc-Arrco est dans le rouge et doit donc utiliser ses réserves.




Les retraites des fonctionnaires, malgré la réforme Fillon d'août 2003, restent extrêmement avantageuses par rapport à celles des autres Français. Notre tableau comparatif, en pleine page, est paru dans les médias cités ci-dessous.